Web review # 5

La chanson de la semaine / the song of the week :

Cette semaine j’ai souvent entendu cette chanson car mon colloc la passait la porte ouverte environ 5 fois par jour. C’était parfait pour se réveiller le samedi matin en douceur, j’ai fini donc par lui demander le titre et ait découvert qu’elle était l’oeuvre d’un chanteur brésilien que j’apprécie énormément. Depuis mon colloc s’en est lassé semble-t-il alors je prends la relève, disons jusqu’à ce que quelqu’un se plaigne!

This week I heard this song a lot as my flatmate was listening to it door open at least 5 times a day. It was really perfect to wake up on this on Saturday morning actually. I finally asked him the title and discovered it is from a Brazilian singer I used to like a lot. Since that it seems my flatmate got fed up with it so I am doing the same thing he used to, until someone else is complaining at least! 

 

English speaker? Please scroll until you see Game of Thrones characters sitting at your Russian grandma’s table !

 

FRANÇAIS

 

1280_crazyexgirlfriend_season2ep4_cw

(Rachel Bloom, Santino Fontana et Vincent Rodriguez III dans Crazy Ex-Girlfriend, votre nouvelle série préférée, ça ne sert à rien de lutter)

 

Aujourd’hui dans la moisson de ces dernières semaines, nous avons une impossible invention de soi, cette sale gosse de Rachel Bloom, la tyrannie du cool, une introspection en BD et une réponse à une maman anti-vaccin. C’est tout chaud, ça sort du four !

 

  • Rachel Bloom est ma nouvelle super héroïne, je l’ai découvert via sa série incroyable, heureusement renouvelée de justesse pour une troisième saison, Crazy Ex-Girlfriend ! Libération l’avait interviewé à l’occasion de l’arrivée la série sur Téva en France, lisez, c’est passionnant !

 

  • Une autre de mes supers héroïnes (l’écurie est pléthorique), qui sévit plutôt sur Internet par contre, Anne-Laure Fréant, la créatrice du site Retourenfrance.fr et infatiguable chercheuse des motivations qui nous poussent à partir et son corrollaire, à rentrer, a sorti un nouvel article qui m’a profondément touché. Peut-on espérer complètement se réinventer ? Et si oui, qu’avons-nous à y perdre ?

 

  • Dans la même idée, si l’on veut se réinventer une vie, autant qu’elle soit plus cool que celle que nous quittons? Mais que signifie le cool aujourd’hui, à l’heure des réseaux sociaux? N’est-il pas une tyrannie de plus? Télérama y répond dans cet article.

 

  • Il y a quelques semaines, la vidéo d’une maman anti-vaccin avait fait grand bruit sur le Web francophone. Le youtubeur Tronche de Fake s’est permis de répondre en reprenant un à un ou presque ses arguments. Je n’ai pas particulièrement d’opinion sur la question donc c’est pas mal pour se faire une idée!

 

 

  • Monsieur Q. est un artiste qui dessine, entre autres, et que j’admire. C’est toujours très touchant et très beau, je suis totalement tombée sous le charme de son dernier travail, qui m’a mit les larmes aux yeux (non je ne suis pas du tout hypersensible, qu’est-ce que vous allez imaginer ??)

 

 

ENGLISH

 

famous-movies-shot-russia-2d-among-us-43-5894a001375bb__700

(Game of Slavs, by the Russian graphic studio 2D Among Us. Some more to be seen in the link below)

 

Today for the review in English, you can choose between (or take everything) : for once, someone who wish he had traveled less, a assumed needy woman, a old-photos coloring artist, what female dragonflies do and famous movies made in Eastern Europe like! Enjoy !

 

 

  • On Vice this week, the testimony of a really needy woman, showing how hard it can be to deal with this injunction : be defenseless, ask for a man help but be tough and please, don’t need me! Very clever.

 

  • On Newsweek, it seems sexual harassment is not only a human issue, as it seems female dragonflies developed tactics against it!

 

  • On the website Slavorium (nice one by the way), some hilarious photo montages displaying how famous blockbusters would look like with an Eastern European background look, creation from the Russian studio 2D Among Us.

 

  • As we are now in photos area, it seems really fashionable now to color old timed photos in order to give them a more accurate and modern look. Most of them are well done, some don’t really worth a look but you can find here my favorite, by the artist Marina Amaral.

 

  • And as an end, among all these articles asking you quite aggressively why are you not quitting your job for travelling the world, as it seems so many adventurous young people do, here is an article that may help you: « Why I wish I’d traveled less in my 20s »

 

The end for today, thanks for reading 😉

These movies about love that are not rom-coms

People usually talk about “rom-com” this way: the most important is the trip, because the end is evident and well known even before the movie starts. We know than both characters gonna end up together, happy and infatuated no matter what separates them at first, in the middle or even at the end. Even better, if they hate each other or don’t seem to assemble at all, difficulties will even be more interesting.

 

celeste-and-jesse-forever

(I am not gonna talk about this movie because it was less important for me but I could have: Celeste and Jesse forever, by Lee Toland Krieger)

 

This might be the reason why this type of movies were particularly popular in the nineties and 2000, at a time when we could have had a more optimistic vision of life so we would accept better the identification with characters whom had a very different life from our own. For example I hear a lot about Sex and the City about it. It is true that it seems than lives of these wealthy, sexually liberated New-York women drinking expensive cocktails wearing expensive high heels while dreaming about Big Love had nothing to do with lives of most viewers. They were probably seen less as caricatures and more like potential futures I guess. Nowadays we watch Girls or Game of Thrones and we identify also but it is not such a pleasant thing.

 

Miranda GIF - Find & Share on GIPHY

 

Things have been changing nowadays indeed, with crisis raising, ecological, economical, consciousness and it is a good thing. Could we even talk about sentimental crisis, or even revolution? In this context, rom-coms showing Big Love’s arrival, the One and Only that Will Last Forever and “Olala I was so not expecting this!” are not so accurate anymore. We now watch them with the humid eye of disillusioned cynical guy who still believes in great love although we don’t want to.

Lire la suite

Ces films d’amour qui ne sont pas des comédies romantiques

On désigne généralement le genre « comédie romantique » de cette manière: ce qu’il y a de plus important, ce sont les péripéties car la fin est évidente et bien connue de tous avant même que le film ne démarre. On sait que les deux héros vont finir ensemble à la fin, heureux et amoureux et ce peu importe ce qui les sépare au début, au milieu et même à la toute fin. Mieux même, plus ils se détestent ou sont dissemblables, plus gratinés et inattendus seront les obstacles à outrepasser pour enfin vivre leur amour.

 

celeste-and-jesse-forever

(Je ne parlerai pas de ce film car il m’a moins marqué mais il aurait eu tout à fait sa place: Celeste and Jesse forever, de Lee Toland Krieger)

C’est sans doute pour ça que les films de ce genre ont particulièrement explosés dans les années 90 et 2000, à une époque où l’on pouvait revendiquer une vision de la vie plus optimiste et où l’on acceptait sans doute aussi de s’identifier plus facilement à des personnages dont les vies ne ressemblaient pas du tout aux nôtres. Pour exemple, on parle souvent de Sex and the City pour ça, où en effet pour ce que j’en sais les vies des protagonistes, des New-Yorkaises free du frifri pétées de tunes qui enfilaient des talons de tailles de demies baguettes pour sortir se taper des cocktails en rêvant au Grand Amour, ne correspondaient pas à la vie de la majorité des personnes qui les regardaient. Mais quand bien même, c’était un moment où l’on croyait au progrès dans tous les sens du terme et je suppose qu’on ne les voyait pas comme des caricatures de modèles inatteignables mais comme des projections fantastiques de ce que nous pourrions vraiment être un jour. Maintenant on regarde Girls et Game of Thrones mais le moins qu’on puisse dire est qu’on s’y identifie en creux, par ce que les héros font mal plus que ce qu’ils font de bien.

Miranda GIF - Find & Share on GIPHY

Les choses ont un peu changé aujourd’hui donc, les crises s’enchaînent, écologiques, économiques, les prises de conscience aussi et c’est heureux. Je crois qu’on peut aussi parler en ce moment d’une crise sentimentale (ou est-ce une révolution… ?) et au milieu de tout ça, les comédies romantiques qui dépeignent l’arrivée du Grand Amour, le Seul l’Unique Celui Qui Durera Toute la Vie et « Olala je m’y attendais tellement pas ! » n’ont plus tellement leur place. Au mieux les regarde-t-on avec l’œil un peu humide du cynique contrarié qui au fond y croit encore tout en sentant trop désabusé pour l’assumer pleinement.

Lire la suite

Web review #4

La chanson de la semaine / The song of the week :

J’ai développé une obsession assez envahissante pour la BO de La La Land après l’avoir vu au cinéma en février. Il faut dire qu’elle est vraiment géniale, jolie, entraînante et mélancolique à la fois. Considérez d’ailleurs cette chanson de la semaine comme un teaser de l’article de la semaine prochaine (la meuf prévoit). Mais aucune des chansons du film n’arrive à la hauteur de celle-ci que j’écoute environ 5 fois par semaine. C’est vraiment l’optimisme incarné, parfaite pour les moments de mou comme pour les moments joyeux qui sont ainsi magnifiés. Elle est parfaite, laissez-moi.

I developed quite an invasive obsession for La La Land songs after watching it in February. I might say they are great, nice, groovy and melancholic at the same time. The song of this week might actually be a teaser for next week article (yes, I am doing that now). But none of the songs from the movie can beat this one that I am listening to at least 5 times a week. It is incarnated optimism, perfect for depressive moments as much as amazing ones that get magnified. Perfect I am telling you, leave me alone.

 

 

English speaker? Scroll until Budapest’ Liberty Bridge photo!

 

FRANÇAIS

 

Passons aux choses sérieuses, en français cette semaine, des articles sur les héros du commun: ceux qui sauveront les librairies de la faillite, la nouvelle figure du Youtube hongrois anti-Orban, ceux qui font des CAP, celles qui sont musulmanes en France et ceux qui sont sexys à force d’être bizarres. Hop hop hop!

 

mrrobot_epguide_ep202_2560x1440

Mr Robot, de Sam Esmail

 

  • Cet article du Monde qui a dû faire grand bruit j’en suis sûre, dans la foulée du livre  de Jean-Laurent Cassely La Révolte des premiers de la classe, qui analyse ces cadres de notre génération désertant le tertiaire pour se reconvertir et retrouver du sens dans leur travail. C’est passionnant.

 

  • Marton Gulyas est devenu en peu de temps une icône des activistes anti-Orban en Hongrie grâce à ses happenings et sa chaîne Youtube où il décortique la politique de son pays à ses risques et périls. Son interview et portrait ici sur Slate.

 

  • Puisque je me fais une spécialité sur ce blog de décortiquer les injonctions contradictoires en petites chroniques, je suis forcément tombée en arrêt devant cet article (et du site Lallab d’ailleurs, tant il est rare de voir le sujet abordé ainsi par les médias francophones) qui dépeints celles que subissent les femmes musulmanes en France.

 

  • Les librairies en France se meurent, la faute aux grands groupes qui rachètent tout bien sûr mais aussi du roman qui ne se vend plus tant que ça. Mais de nouveaux lecteurs héroïques et jusque là assez négligés leur permettent de sortir la tête de l’eau: cet article d’ActuaLitté rend homage aux lecteurs de BDs, mangas et comics, les sauveurs qu’on attendait pas apparemment.

 

  • Que trouve-t-on sexy aujourd’hui chez les héros de la pop culture et les hommes en général ? Plus tellement les montagnes de muscles ou personnages à la virilité en acier trempé mais les petits hackers bizarres, timides et engagés à leur façon. Très charmante analyse des phénomènes Mr Robot, Hannibal et Sherlock par Juju du site Girlshood.

 

 

ENGLISH

 

In English today, backpackers in Thailand, Millennials minimalism, your ideal bookshelf, why is your job less and less how your build yourself and 48 hours in Budapest! Enjoy!

 

Liberty-Bridge-1-780x520

Liberty Bridge by sunset in Budapest (photo: Hélène Bienvenu)

 

  • Is the Millennial generation tending toward minimalism more than ever? It seems yes, and this article from the well named Becoming Minimalist website is explaining quite clearly why and what does that would mean for the near future.

 

  • Are you looking for something to read during holidays? Do you want to know what an ideal bookshelf would look like? Check this beautiful map displaying which book talking about or written by someone from each country has become the most famous and/or significant!

 

  • Talking about travelling, check this very nice article from Spotted by Locals about what you should do if you are lucky enough to stay in Budapest for 48 hours, written by a good friend of mine, congrats Helene!

 

  • Travels again, it is the season so, the New York Post is looking closer to the many Western backpackers travelling through Thailand and South East Asia… while begging money to locals or other travelers, and what does that means for their currently host country.

 

  • A small tale about how work would affect our self-esteem and what to do about it, thanks to the New Yorker.

 

Bye bye!

Contradictory injunctions #3 : the slut paradox

Here is the translation of a chronic for a paper magazine coming out every 2 months in Montpellier area in France, Le Tafeur, this one came out the 27th of June. 

 

leg_9418

 

If there is a domain where contradictory injunctions are plenty although they should not be (here is first), it is our sex life. More than ever, we get encouraged, or should I say harassed to blossom, to sweat happiness from every part of our skin and it is necessarily coming from a crazy sex life.

Crazy indeed, I insist, because if you are perfectly happy fucking in missionary position once a month with always the same partner, you will be labelled as very boring person, no matter your gender or sexuality.

Lire la suite

Les Injonctions Contradictoires #3 : le paradoxe de la salope

Ci-joint ma chronique pour le Tafeur, magazine musical de la région Montpellieraine paru le 27 juin, destinée à paraître tous les deux mois.

S’il y a bien un domaine dans lequel les injonctions contradictoires sont légion alors qu’on est pourtant supposés y être à peu près tranquilles (et d’une!), c’est bien la sexualité. Nous sommes plus que jamais encouragés, ou devrais-je dire harcelés à nous épanouir, à respirer le bonheur, à l’exhaler par tous les pores et cela passe nécessairement par une sexualité débridée.

Débridée oui car apparemment se contenter de baiser en missionnaire une fois par mois avec un seul partenaire et s’en porter très bien vous étiquèterait automatiquement comme personne très ennuyeuse, tous genres et sexualités confondus.

Lire la suite