Agrougrou

On va faire comme si mon dernier article publié datait de la semaine dernière.

 

*coff coff*

Comment allez-vous depuis la semaine dernière, les gens? 

 

Moi ça va, merci de demander. Je n’arrive pas à croire que j’ai été d’une telle productivité ces derniers temps, c’est absolument dingue, franchement avec un peu de volonté on soulève des montagnes !

 

Mais si.

 

Vous dites ça parce qu’en plus d’être flemmards, vous êtes jaloux.

 

Ok, c’était peut-être un coup bas.

 

On recommence, on ne peut pas rester comme ça bêtement sur un malentendu.

 

Franchement pour moi, je sais pas vous mais cette semaine est passée à la vitesse de la lumière, en plus d’avoir été sacrément chargée !

Cette semaine j’ai eu 30 ans, à un moment il y a aussi eu Noël. Cette semaine j’ai fait un voyage aux Etats-Unis qui a duré une dizaine de jours (c’est pour ça aussi que j’écrivais pas, comprenez bien que c’était un peu compliqué, j’avais un peu autre chose à faire quoi) (et si vous commencez à me dire qu’une semaine ça dure pas 10 jours, franchement on va finir par s’embrouiller donc chut).

 

Cette semaine franchement j’ai eu pas mal la flemme aussi, je l’avoue. Ça ne m’arrive jamais d’habitude, il faut croire que trop de choses se sont enchaînées, on est pas des robots, des fois il faut se laisser un peu aller au rien.

 

Du rien il y en a pas mal eu cette semaine, je crois, en fait je ne me souviens plus.

 

J’ai craqué mon slip comme rare cette semaine aussi. Je crois que c’était beaucoup de choses en même temps, je crois que j’en avais ras la moule de mon travail sauf que je savais pas trop quoi faire à part ça. Pour gagner du pognon s’entend, car sinon j’ai plein d’idées et, au cas où les cancres au fond de la classe ne le sauraient pas encore, les blogs ça paye de ouf.

 

Bref cette semaine j’ai fait du rien parce que mine de rien, une mini dépression nerveuse ça fatigue pas mal.

 

Mais cette semaine j’ai entrevu des solutions aussi, j’ai rencontré des gens sympas qui m’ont plutôt inspiré à refaire des choses.

 

Cette semaine j’ai pas tellement pensé au blog j’avoue et quand le moment est venu de me faire dépouiller par WordPress pour renouveler le nom de domaine, j’ai pensé ignorer et le laisser tomber encore plus bas dans les limbes de l’Internet, qui sont d’une profondeur telle que la fosse des Mariannes à côté, c’est mon bac à compost (oui cette semaine j’ai aussi enfin installé un compost avec mon cher et tendre, je suis aussi fière que si j’avais mis un être humain au monde par mon vagin)(brrr).

 

Ça aurait été facile franchement mais certaines des personnes sympas suscitées ont manifesté de l’intérêt pour ces quelques bafouilles et ça m’a fait tout chaud dedans donc finalement j’ai revendu mon âme à WordPress pour ce qui est je crois la quatrième année consécutive.

 

Et j’ai décidé que la flemme, la dépression, le compost et tout, ça suffisait comme ça et qu’il fallait se sortir un peu les doigts du siphon de la douche.

 

Ceci dit, je n’ai pas été si inactive que ça cette semaine, artistiquement parlant s’entend (car nous savons tous à quel point le compost et le travail prennent du temps). J’ai eu mon regain quinquennal d’enthousiasme pour le dessin mais qui n’a pas duré que six mois cette fois puisque j’y suis encore et que je ne compte pas m’arrêter là.

 

Si vous voulez aussi suivre mes frasques artistiques et mes diverses traces de doigts, c’est là : https://www.instagram.com/mariannemaina/

 

Comme à chaque fois que je reviens sur ce blog après une longue absence (même si j’avoue que jamais je n’aurais crû que cette absence durerait presque une semaine entière) je dis que je me relance dans une politique des grands travaux, que j’ai des nouvelles idées géniales, que je vais faire ci ou ça et que je veux tout changer, prenons du recul.

 

Donc pour déroger un peu à cette habitude assez vaine finalement, je vais donc cette semaine faire tout l’inverse et revenir au plan initial de ce blog (celui que je n’ai jamais cessé de suivre au final malgré mes grands mots) : je n’ai vraiment pas plus d’idée qu’hier (ni moins que demain) mais l’envie de partager ce manque d’idée fait tout de même plaisir et parfois, qui sait, ça débouche parfois sur des éclairs de génie.

 

D’où le titre infiniment provocateur de cet article, qui entend magnifier ma renaissance et ordonner le chaos.

 

Agrougrou à tous et toutes, vous m’avez (un peu) manqué.

 

 

PS : si quand même cette semaine, j’ai accompli un truc dont je suis hyper fière, j’ai créé plein de playlists Spotify et franchement c’était super.

 

Une réflexion au sujet de « Agrougrou »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s