Les femmes chez François Bourgeon, partie II : Mariotte, Les Compagnons du Crépuscule

Cet article est la deuxième partie d’un triptyque concernant les héroïnes de l’auteur de BD François Bourgeon. Ils peuvent se lire indépendamment les uns des autres mais, au cas où, la première partie est ici !

Il est possible qu’il y ait des spoilers… faites en ce que vous voulez !

 

Les Compagnons du Crépuscule fait partie du cercle pas si fermé des BDs que je relis très très régulièrement, je dirais environ 3 fois par an quand je rentre chez mes parents. Ça serait peut-être bien plus fréquemment si je les avais sous la main en permanence.

Aujourd’hui j’aimerais vous parler de son personnage féminin principal, la Mariotte. Mais avant, une introduction est nécessaire, pour tenter maladroitement de vous expliquer à quel point cette BD est extraordinaire dans absolument tous les sens du terme et parce qu’un brin de contextualisation est nécessaire.

gilleir_a

Je l’ai lu un peu plus tard que les Passagers du vent, qui a été ma porte d’entrée vers l’oeuvre de François Bourgeon. J’avais je crois entre 17 et 19 ans. Et, quelque part, heureusement que je n’ai pas commencé par celle-ci parce qu’elle est d’une telle densité émotionnelle, d’une telle richesse réflexive (on peut relire les histoires 100 fois et toujours découvrir un nouveau sens, une nouvelle piste, relier de nouveaux points) et d’une telle complexité qu’elle est effectivement un peu rude à appréhender au premier abord (même au second, en fait).

Lire la suite

Les femmes chez François Bourgeon, partie I : Isa, Les Passagers du vent

Ces derniers temps, j’ai souvent écouté des podcasts ou vu des vidéos où des femmes comme des hommes étaient amenés, que ce soit au hasard d’une question ou carrément le thème principal, à parler des modèles qui les avaient aidé à façonner leur vision de la masculinité ou de la féminité, que ce soit en bien ou en mal.

Ces questions sont effectivement passionnantes car même la réponse la plus bateau ou attendue révèle toujours quelque chose de notre culture, de notre génération, de notre rapport aux images et à notre société. Les personnages de films, de série, de livre, de BD ou autres qui nous ont fasciné pendant notre enfance, notre adolescence ou à l’âge adulte, plus ou moins profondément et pas pour les mêmes raisons selon notre âge, nous ont marqué à vie quoi qu’il en soit. Il est toujours intéressant d’entendre ce que les autres ont à en dire.

La-Fille-sous-la-dunette

(Mon cobaye du jour)

J’ai noté une récurrence incroyablement persistante des princesses Disney parmi ces modèles adulés, ce qui n’est en rien un hasard. Le rouleau compresseur de la firme aux oreilles de souris est si incroyablement puissant qu’il a façonné notre imaginaire et continuera sans doute longtemps à le faire de par son hégémonie dans le paysage du divertissement. Et il est donc bon de voir qu’il sait aussi s’adapter au temps et offrir aux petites filles surtout mais aussi aux petits garçons des modèles autres que celui de la gentille neuneu qui parle aux animaux en espérant qu’un jour son pot de fleur princier viendra la sauver de ce monde tout pourri.

(Évidemment que je caricature… c’est pour l’intérêt dramatique)

Je ne jurais moi-même que par Mulan quand j’avais 8 ou 9 ans (même bien après !) et je peux voir aujourd’hui quelle figure positive pour l’affirmation de soi elle a été dans ma vie. Mais trêve de Disney, aujourd’hui je vais parler d’une autre influence, un peu plus confidentielle celle-ci mais qui n’en a pas moins façonné ma façon d’envisager la féminité de façon un peu plus ouverte et plurielle.

(Ça c’est juste pour kiffer un coup)

Lire la suite

Ode aux mangas

Je n’en ai pour le moment pas (tellement) parlé ici, mais ça vient. J’aime les BDs. Vraiment beaucoup. Pour dire la vérité c’est l’une des choses qui me manquent le plus de la France, car la vie assez facétieuse a fait que je me suis quasiment toujours posée dans des endroits où la culture BD était inexistante ou au moins pauvre. Dans la plupart des pays de l’Est de l’Europe, les dessinateurs ou auteurs fans de ce moyen d’expression ont souvent trouvé asile en France ou en Belgique pour vivre de leur passion. Ici au Portugal, ça bouge un peu plus, timidement et en mode plutôt souterrain, moins qu’en Espagne par exemple mais c’est déjà quelque chose.

Pourtant il y a bien une certaine forme de bande-dessinée qui cartonne (tu l’as?) dans ces différents pays, qui a sans doute amené à la BD un public qu’on n’attendait pas, tout comme en France malgré le fait qu’elle soit pourtant si ancrée de base dans la culture littéraire. Nous avons donc tous en commun un grand intérêt voir amour pour une forme de BD qui vient de très loin.

saiyuki_v09_c054_p109

Saiyuki, de Kazuya Minekura

Je veux bien évidemment parler des mangas.

Lire la suite

Dans le cerveau de Julia Wertz

Délaissons un peu l’angoisse pour aujourd’hui, voulez-vous ?

« J’aimerais vraiment bien un jour être capable de voir à l’intérieur de ton cerveau. Tu es un peu comme une machine ultra perfectionnée qui aurait des piles usagées. »

dinking-cov1

(Couverture américaine de Drinking at the movies, d’où viennent toutes les images suivantes)

Cette phrase est prononcée par un des amis de Julia alors qu’ils boivent tous les deux dans leur bar habituel. S’en suivra vraisemblablement la biture habituelle qui poussera cette personne étrange qu’est Julia Wertz à se réveiller en pyjama à 4h du matin dans une laverie automatique, le jour de ses 25 ans, sans aucune idée ou vague souvenir de l’enchaînement d’évènements forcément étranges qui l’ont poussé là.

Lire la suite

Maïa Mazaurette ou de l’aliénation

Je viens de terminer La coureuse de Maïa Mazaurette. C’était un livre qui attisait ma curiosité environ depuis sa sortie, en 2012.

Il faut savoir que depuis très longtemps, je suis les activités de cette femme de plus en plus près au fil du temps. Pour celles et ceux qui auraient la chance de n’avoir jamais entendu parler d’elle et donc d’avoir tout à découvrir, il s’agit typiquement de ce genre de personne dont on peut se demander, mi envieuse mi inquiète, quand trouve-t-elle le temps pour dormir. Dont on se dit pour excuser sa propre paresse que ses journées font très probablement 50 heures et que, comme les chats, elle possède 9 vies, dont environ 6 sont déjà passées à l’as.

la-coureuse

 

Lire la suite

Le plus sûr des abris

« Le petit toit que forment les livres lorsqu’on les entrouvre, tranche tournée vers le ciel, est le plus sûr des abris » Chantal Thomas

chez soi

Cette phrase, Mona, vous la citez dans l’introduction de votre livre Chez soi : une odyssée de l’espace domestique, en espérant que vos futurs lecteurs y trouvent « un abri de cette sorte ». Outre qu’elle est sublime, elle montre à la perfection ce que ce livre, le vôtre, a représenté et représente toujours pour moi. J’espère que ça ne vous dérange pas que je vous appelle Mona. Je sais bien que cela peut donner l’impression que les choses vont un peu trop vite entre nous, après tout vous ne me connaissez pas. Mais moi si. Enfin, peut-être. Je connais ce que vous voulez bien dire de vous dans vos livres, vos articles, votre fil Facebook ou celui de Twitter. Non je ne vous espionne pas (ou si mais en tout bien tout honneur, il faut me croire). Mais dans vos livres, vos articles du Monde Diplomatique, par les livres que vous aimez, et bien sûr votre site Périphéries, vous vous racontez. Les articles que vous repostez sur les réseaux sociaux parlent aussi de vous et de ce qui attire votre attention. Et… comment vous le dire ? J’adore cela. J’adore saisir les petits ou gros morceaux de vous que vous offrez tout sauf négligemment à notre curiosité. C’est aussi grâce à cela que vos livres peuvent avoir cette importance, ce retentissement, cet écho en chacun de nous.

Lire la suite